Actualités

Article de Mme Sarah R. Champagne publié le 26 novembre 2021 - LE DEVOIR

15 décembre 2021

Un outil informatique mis en cause dans la hausse des refus de permis d'études

Un nouveau système informatique utilisé par le ministère fédéral de l’Immigration soulève de vives préoccupations à travers le Canada. L’outil, baptisé Chinook, a été créé sans surveillance légale, selon des documents déposés en Cour fédérale, ne conserve pas les notes sur la décision des agents d’immigration et n’oblige pas ces derniers à ouvrir les preuves présentées par les candidats à des séjours temporaires.

Pour lire l'article

Article de M. Romain Schué publié le 27 novembre 2021 - RADIO-CANADA

15 décembre 2021

Comment des étudiants étrangers francophones sont refusés par Ottawa

L’utilisation d’un nouveau système informatique au fonctionnement opaque par Immigration Canada se traduit par des milliers de permis d’études refusés à des étudiants francophones africains. Québec veut des explications.

Pour lire l'article

Article de Mme Sarah R. Champagne publié le 19 novembre 2021 - LE DEVOIR

23 novembre 2021

Le CA de l'AQAADI est préoccupé par le taux de refus exceptionnellement élevé des demandes de permis d'études pour les étudiants en provenance d'Afrique. Nous avions rédigé un communiqué qui faisait état de nos recherches et expériences et le Devoir s'est intéressé à celui-ci (voir article de Mme Champagne ci-dessous). D'autres journalistes s'intéressent aux système Chinook, tel qu'exposé par Lou Janssen lors de sa conférence dans le cadre du colloque. Il est à prévoir qu'un autre article sorte prochainement à ce sujet. 

Pour consulter le communiqué de l'AQAADi

Ottawa refuse de plus en plus d'étudiants francophones, surtout venus d’Afrique

Alors que le nombre d’étudiants étrangers anglophones augmente au Québec, les taux de refus pour des pays africains ne cessent de grimper, et certains dossiers « impeccables » sont refusés. Des candidats répondant pourtant aux critères sont ainsi empêchés de poursuivre leurs études ici, déplorent-ils.

Pour lire l'article

3 entrées