Haut

S’installer au Canada : Français, arrêtez de gueuler et adoptez l’accent !

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160609.OBS2211/s-installer-au-canada-francais-arretez-de-gueuler-et-adoptez-l-accent.html#

S’installer au Canada : Français, arrêtez de gueuler et adoptez l’accent !

La journaliste Emmanuelle Walter, ex-collaboratrice de « l’Obs », vit et travaille au Québec depuis cinq ans. Elle nous coache.

À Montréal, on parle d’invasion française : le nombre de migrants français – environ 4.000 par an – a plus que doublé ces dix dernières années. Mais le Québec n’est ni un 102e département, ni un 21e arrondissement, ni un territoire d’outre-mer !

Terre singulière, distincte, unique, la province a un petit peu à voir avec la France, et beaucoup avec l’Amérique du Nord. La langue commune crée une familiarité trompeuse qui suscite bien des malentendus. Comment atterrir en douceur, et en toute humilité ? Conseils avisés d’immigrés de fraîche ou de longue date.

Oublier vos complexes de Français !

Notre ethnocentrisme franco-français est proprement ahurissant. Il faut s’écouter parler pendant les premiers mois d’une immigration pour en prendre conscience : nous sommes obsédés par les performances et contre-performances de l’Hexagone. Comme le Québec a une relation complexe et complexée avec la France, cet acharnement à comparer passe mal, et c’est mauvais pour l’hygiène mentale. Selon Sarah, cinq ans de vie montréalaise au compteur, qui travaille dans la communication :

« Tout est tellement différent que la comparaison est vaine. A un moment, il faut déplacer son centre de gravité et s’intéresser plutôt, si on veut être pertinent dans les discussions, à ce qui se passe à Toronto, Seattle ou Vancouver. »

Pour venir à bout de son franco-centrisme, Nathalie, comédienne, tombée en amour avec un Québécois, a choisi de ne pas fréquenter de Français, ou presque. Radical, et efficace.

Adopter l’accent

Les questions linguistiques sont au cœur de la vie politique et sociale québécoise. Le combat pour le maintien de la francophonie est constant, agité, parfois sain, parfois crispé. Il ne s’agit pas ici de préserver un français puisé directement sur les bancs de Normale-Sup, mais une langue unique, pétrie de vieilles tournures françaises, dejoual (le parler populaire de Montréal), de structures de phrases calquées sur l’anglais, avec un rapport décomplexé à la grammaire. Suggestion de Sarah :

« Je conseille aux néo-arrivants français d’ouvrir grand leurs oreilles, de ranger leur mépris pour l’accent au placard, de comprendre les différents registres (la langue parlée est très différente de la langue écrite) et d’adopter avec jouissance le maximum d’expressions québécoises. »

Ajoutons qu’à Montréal le bilinguisme et le trilinguisme sont monnaie courante. Quand on débarque de France avec un anglais niveau troisième et un espagnol grand débutant, il convient d’être indulgent avec le participe passé d’un interlocuteur qui maîtrise très bien le français, l’anglais et le portugais du Brésil.

S’ouvrir à la diversité

« Quand Achille est rentré de l’école en racontant que la remplaçante était voilée, je me suis dit : ‘Tiens, il y a quelque chose de vraiment différent, ici' », raconte Judith, au Québec depuis six ans, et qui travaille dans le milieu associatif. A mi-chemin du multiculturalisme à la canadienne et de la laïcité à la française, le Québec est à la recherche, parfois tourmentée, de son modèle d’intégration.

En attendant, on y est moins arc-bouté qu’en France sur les questions d’appartenances culturelle et religieuse. Force est de constater que ce côté détendu fonctionne en grande partie, d’autant que le contexte économique et social s’y prête ; au Québec, le parti politique le plus favorable à l’immigration est celui de la droite libérale, soucieux de fournir de la main-d’œuvre aux entreprises.

Etudes, travail, logement… comment partir s’installer au Canada

La remplaçante portait un foulard, et alors ? « Et alors, rien », rigole Judith. Les accrocs au vivre-ensemble sont réglés au cas par cas, en fonction de ce qu’on appelle ici « les accommodements raisonnables », balisés par la Commission des Droits de la Personne.

Ne pas s’éterniser au boulot

Céline, éditrice, bourreau de travail, était au Québec depuis quelques mois et restait scotchée à son ordinateur après 17 heures.

« Un soir, mon patron est arrivé dans le bureau et m’a lancé, assez fermement : ‘Céline, rentre chez toi, la journée est terminée !’ Je me suis retrouvée dans mon salon, vers 18 heures, à boire un chocolat chaud en regardant tomber les flocons de neige. Du jamais-vu ! »

Cette révolution-là est clairement la plus douce à accomplir. Les Québécois sont des adeptes de l’épanouissement familial et sportif ; même les dirigeants (on pense ici au directeur d’un studio interactif, au patron d’une ONG environnementale) se font un devoir de cueillir les enfants à la garderie ou à l’école dès 16h30.

On s’entraîne au « gym » ou on court sur « la Montagne » (le mont Royal, à Montréal) ou dans « les Plaines » (les plaines d’Abraham, à Québec), on dîne plus tôt, on se couche plus tôt. Qu’on se rassure : on fait la fête, quand même.

Arrêter de gueuler !

Pour les jeunes entrepreneurs français, c’est une révélation : au Québec, il n’est pas productif de pousser une gueulante contre un employé dont le travail laisse à désirer. On préfère pratiquer le « renforcement positif ». Sylvain, qui a monté à Montréal une start-up de jeux vidéo, témoigne :

« Tu ne peux pas formaliser un reproche de manière abrupte. Il faut réfléchir à l’avance à la manière dont tu vas le verbaliser. Sinon, l’employé claque la porte et va voir ailleurs, et je sais de quoi je parle. C’est à l’opposé du management sanguin de Marseille, d’où je viens ! Moi, j’y ai trouvé beaucoup d’apaisement. »

Les enfants québécois sont élevés selon le même principe : en douceur. Précisons qu’au Québec on ne se coupe pas la parole dans les réunions… Un héritage, dit-on, de la culture amérindienne.

Eviter le second degré

Ce n’est pas interdit, évidemment, heureusement. Mais on a recours à ces fondamentaux de la culture française avec modération. « Tacler gratuitement un collègue, comme ça, à froid, pour rigoler, ça ne passe pas trop. Le deuxième degré n’est pas toujours compris. En revanche, on se lâche dans certaines circonstances, avec des amis proches. Il arrive aussi que le côté ‘grande gueule’ soit recherché ! L’association de parents de l’école de mon fils m’a même recrutée explicitement pour cette raison, pour dire un certain nombre de vérités à la direction », raconte Sarah. Les milieux intellectuels québécois regrettent que la « culture du débat » ne soit pas suffisamment développée.

Mater le macho !

Le féminisme, au Québec, n’est pas une option. Incroyablement vivace, il est revendiqué à la fois par la droite et la gauche, par les pédégères, les universitaires, les femmes politiques, et prend mille visages selon qu’il est exprimé par des militantes mainstream, radicales, ou entre les deux. L’analyse « genrée » des relations de travail, de couple, des projets de loi, des émissions de télé… est très répandue.

L’une des dernières batailles rangées entre le Parti libéral et le Parti québécois (souverainiste, tendance sociale-démocrate) concernait la discrimination sexiste que le premier, au pouvoir, est accusé de mettre en œuvre à travers sa politique d’austérité (coupes dans les budgets destinés aux familles et aux organisations de femmes). On comprendra que, dans ce contexte, les « blagues lourdes hétéros » ne font pas florès. Ni, au passage, le racisme anti-LGBT. Dans les écoles, les enfants rédigent des panneaux contre la discrimination à l’égard des transgenres…

Accepter l’hiver avec gratitude…

D’autant qu’il fait beau, surtout par –25 °C ! Comment survivre à l’hiver québécois ? En en profitant. On peut pratiquer son ski de fond et son patin à glace dans les parcs, et les premières stations de ski alpin sont à une heure de route. On ne cachera pas que certains hivers sont plus douloureux que d’autres, et que ranger sa doudoune informe après cinq mois de neige et de glace fait partie des plaisirs de la vie. Les changements climatiques apportent un soulagement relatif aux frileux. L’hiver 2015-2016 a presque déçu par sa modération…

Emmanuelle Walter