Haut

Mettre CGI en quarantaine

https://crypto.quebec/mettre-cgi-en-quarantaine/

 

Mettre CGI en quarantaine

Luc Lefebvre Luc Lefebvre dans Annonces, Nouvelles, Politique le 16 février 2016

Ce matin on apprenait qu’un nouveau site Web du gouvernement du Québec, nommé « Mon Projet Québec« , et dont le mandat d’un million de dollars avait été octroyé à CGI, ne pouvait recevoir que 650 requêtes à la fois avant d’être mis « hors de service« . Il s’agissait tout de même d’une amélioration, car à l’origine le site ne pouvait recevoir que 150 requêtes simultanément. À noter que cette amélioration a entraîné une augmentation importante des coûts reliés au projet.

Pour les néophytes, il est nécessaire de comprendre qu’il ne s’agit, ni plus ni moins, d’une catastrophe complète et totale. Il est impensable, en 2016, que ce genre de site, au design, la navigation, l’infrastructure et l’interface très discutable coûte un montant si élevé. Particulièrement à une époque où, pour moins de 10,000$, on peut avoir un site tout aussi sécuritaire, qui soutient 500 à 1000 fois plus de requêtes simultanées.

Mais ce n’est pas la première fois qu’on en arrive là avec CGI. LeFACIL offre d’ailleurs une liste de tous les cas de « mauvaise gestion des projets informatiques dans les organismes publics » que je vous invite àconsulter.

Il est à noter que cette liste concerne uniquement les cas québécois, et n’inclut par les catastrophes internationales, telles que le site du fameux « Obamacare« , dont le contrat original avait été octroyé à CGI. Et qui, suite à une incapacité de livrer la marchandise, 300 millions plus tard, s’est vu retirer le mandat, qui a alors plutot été octroyé à la firme Accenture. D’ailleurs, suite à cette catastrophe monumentale, une étude publiée en 2014 a démontré que le coût estimé de ce projet a été dépassé de 2 milliards.

Il ne faut pas s’étonner que la même entreprise soit alors derrière la catastrophe du « Dossier Santé Québec [DSQ] », dont le coût original était de 500 quelques millions et qui a rapidement gonflé à plus de 1,4 milliard.

Alors, comment on en a fait pour en arriver à cette catastrophe?

Certains diront que l’on peut mettre en place quelques pratiques pour éviter que ce genre de scénario se répète.  Le Journal de Montréal a publié un article intéressant à ce sujet en septembre 2015, suite à une sortie de l’UPAC quant aux contrats informatiques au gouvernement du Québec. Les points soulevés sont tous intéressants et méritent d’être repartagés ici:

Les fonctionnaires influencés

Effectivement, les entreprises informatiques, tout comme le milieu de la construction, ont les tentacules très longs. Ceux-ci ont des entrées un peu partout dans le milieu politique et au gouvernement, de par leur historique passé au niveau d’autres mandats, et peuvent facilement avoir accès à des fonctionnaires, et, sciemment, influencer certains donneurs d’ordres dans le but de diriger certains contrats, ou de s’assurer un quasi-monopole sur la possibilité d’appliquer sur un mandat à travers des clauses totalement absurdes. Ça arrive fréquemment, pour avoir vu personnellement le mode de fonctionnement de CGI lors de la remise d’appels d’offres.

Conflit d’intérêts

CGI est une énorme entreprise, ayant des milliers d’employés au Québec, et ceux-ci connaissent en retour des milliers de personnes, dont certaines sont sûrement des donneuses d’ordres. Inévitablement, beaucoup de contrats se donnent, parfois de gré à gré, ou sur invitation, sans passer par un processus public, vu l’existence d’un lien familial.

Des factures erronées

Ai-je vraiment besoin d’élaborer sur le sujet? Ce genre de pratique est extrêmement fréquente. De plus, il est relativement facile d’aider un client public à monter un appel d’offres (surtout lorsque le client n’a pas d’expertise technique interne pour faire l’appel d’offres) sur lequel nous (ou notre ami) appliquera, en sachant exactement sur quel bobo pesé pour faire augmenter la facture.

Mais le problème est beaucoup plus important et demande des solutions beaucoup plus drastiques que la simple mise en place de balises structurelles. C’est un problème politique.

Et il n’y a pas des tonnes de manières de régler les problèmes politiques: il faut avoir des élus qui auront le courage de faire ce qu’ils prônent.

Dans le cas du présent gouvernement, s’il est sincère dans sa mission de limiter et contrôler les dépenses du gouvernement du Québec pour balancer celles-ci, il se doit de couper les vivres à CGI. Les pertes reliées aux mandats avec cette organisation sont trop importantes pour les citoyens du Québec (et ceux qui veulent immigrer ici dans le cas qui a amené la rédaction de cet article), pour laisser cette entreprise continuer comme ça.

Lorsqu’on veut cesser l’épidémie, il faut mettre en quarantaine.

CGI doit être mise en quarantaine.

Et on doit faire un post-mortem sérieux de tous ces dépassements de coûts et de ces échecs techniques.

Ce n’est assurément pas la fin de cette histoire.